Institut Virtuel
de
Cryptozoologie
 
Actualité cryptozoologique (8)

 

La Bête du Gévaudan identifiée ?

Selon Franz Jullien, taxidermiste au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris, la dépouille naturalisée de la Bête du Gévaudan, abattue au dix-huitième siècle par Jean Chastel, a longtemps été conservée au Muséum.

La dépouille aurait fait l'objet d'une identification qui a échappé à tous les chercheurs, et que Franz Jullien commente dans un article très documenté à paraître prochainement dans les Annales du Muséum d'Histoire Naturelle du Havre. Il s'agissait d'une hyène rayée (Hyaena hyaena). Le romancier Henri Pourrat et le naturaliste Gérard Ménatory avaient déjà émis l'hypothèse d'une hyène, sur la base des témoignages historiques : le fils de Jean Chastel (Antoine) aurait possédé cet animal dans une sorte de ménagerie et l'aurait dressé à l'attaque, avec le résultat que l'on sait. Ce qui est certain, c'est que lorsque le fils Chastel a été emprisonné quelques semaines à Saugues, les crimes ont cessé, pour reprendre aussitôt après sa libération, avant de cesser définitivement quand son père a tué la bête (selon les témoins, elle aurait d'ailleurs eu un comportement étrange, comme si elle connaissait Jean Chastel).


Figure 1 : l'article de Franz Jullien

Cette hypothèse d'une hyène est très critiquée par Michel Meurger (1998), qui estime que cette idée était à l'époque dans l'air du temps, mais que rien ne la justifie. Notre collaborateur Jean-Jacques Barloy reste pour sa part sur sa position : par ordre décroissant de probabilité, des chiens, des hybrides de chiens et de loups, ou des loups dressés à l'attaque.

Notons que quelques mois auparavant, Antoine de Beauterne, envoyé par le roi, avait déjà tué une "bête", apparemment un loup de 65 Kg, mais peut-être était-ce un hybride de chien et de loup (quoi qu'il en soit un canidé impressionnant). Naturalisé, ce spécimen confié au Muséum (à l'époque le Jardin du Roy) a disparu. On croyait par contre que la bête tuée par Chastel avait été enterrée après avoir été montrée à Paris...

 

Pour en savoir plus :

JULLIEN, Franz
1998 La deuxième mort de la bête du Gévaudan. Annales du Muséum du Havre, n° 59 : 1-9 (août).

MEURGER, Michel
1998 A hyena for the Gévaudan -- Testimonial reports and cultural stereotypes. Fortean Studies, 4 : 227-229.

 

écrivez-nous !

 

 Retour à la page d'accueil

 Retour à la page "Actualité cryptozoologique"