Institut Virtuel
de
Cryptozoologie
 

 

Actualité cryptozoologique (101)

  

L'épave du Chili : nouveau spécimen d'Octopus giganteus ? (juillet 2003)

    C'est souvent l'été, que les Anglo-Saxons surnomment the silly season ("la sotte saison"), que les journalistes en mal d'informations (l'actualité étant en vacances), parlent des "monstres marins", et notamment du légendaire Serpent-de-Mer.
    L'été 2003 ne fait pas exception à la règle, mais le cas présent est d'une toute autre nature...

    Le Centro de Conservacion Cetacea (CCC) de Santiago du Chili annonce en effet qu'une énorme masse de tissu organique a été découverte le 24 juin 2003, échouée sur une plage du sud du Chili (playa Pinuno, au nord de l'île de Chiloé, près du port de Maullin).

 

 

    Les dimensions de cette charogne, s'étendant sur plus de 12 mètres de long, près de 6 m de large et jusqu'à 1 m de hauteur (au poids évalué à 13 tonnes), faisaient penser à une baleine, expliquant que le CCC, organisation non gouvernementale chargée de la protection des cétacés du Chili ait été contactée. Mais à l'examen de la carcasse, il apparut qu'elle ne ressemblait pas du tout à un cétacé échoué : l'absence de squelette, la consistance de cette masse, la présence d'appendices ressemblant vaguement aux bras d'un céphalopode à l'une des extrémités (opposée à celle en forme d'hémisphère) — étaient autant de caractères qui incitèrent les membres du CCC à penser à un poulpe géant inconnu.

    On connaît nombre d'échouages de masses organiques non-identifiées, que les Anglo-Saxons appellent généralement "blobs" ou "globsters", mais ils se sont révélés n'être que des restes de cétacés (comme encore récemment "le monstre de Fortune Bay" à Terre-Neuve) ou de requins pélerins (dont le cadavre en décomposition prend souvent une vague allure de plésiosaure, ce grand reptile des mers de l'ère secondaire).
    Il se peut très bien qu'il ne s'agisse, dans ce cas également, que d'un cétacé (et selon toute probabilité d'un cachalot) en décomposition, c'est l'hypothèse la plus vraisemblable à ce stade.
    Toutefois, on ne peut manquer d'être frappé par la ressemblance de l'épave du Chili avec le "monstre de Floride" de 1896 : ce dernier fut d'abord considéré comme un poulpe géant inconnu par le spécialiste des céphalopodes Addison E. Verrill, qui le décrivit en 1897 sous le nom d'Octopus giganteus, sur la base de photographies. Puis, ayant reçu des échantillons, il estima qu'il s'agissait en fait de lard de baleine, et l'affaire fut dès lors oubliée.
    En 1971, Wood et Gennaro publièrent des coupes histologiques montrant la parenté du "monstre de Floride" avec les poulpes, qui fut confirmée par des examens biochimiques ultérieurs (Mackal 1986). En 1995, Pierce et al. estimèrent, à la suite d'examens complémentaires, qu'il s'agissait d'un cétacé, mais leurs conclusions ont été critiquées sur le plan théorique par Michel Raynal (1996). Enfin tout récemment, de nouveaux tests non encore publiés, portant notamment sur l'ADN, ont été effectués, ils permettent d'éliminer définitivement la thèse du cétacé pour le "monstre de Floride".

    L'épave du Chili est-elle un nouveau spécimen d'Octopus giganteus, autrement dit un poulpe géant inconnu de la science ? Bien qu'elle ressemble par son allure générale au "monstre de Floride", il convient de garder la plus grande prudence : entre autres, les prétendus "bras" ou "tentacules" que l'on peut voir sur les photos sont fort peu compatibles avec les bras d'un céphalopode ; de même, l'absence totale d'organes internes ne milite pas en faveur d'un poulpe géant. Incidemment, alors que l'on possède des témoignages sur des poulpes géants dans le nord-ouest de l'Atlantique, habitat supposé de l'Octopus giganteus, il n'existe à notre connaissance aucun témoignage valable pour le sud-est du Pacifique.

    Pour avoir une réponse certaine, il est souhaitable d'effectuer une recherche d'ADN sur le "blob" du Chili, et de le comparer à de l'ADN d'espèces marines connues et bien sûr à celui du "monstre de Floride".

 

Pour en savoir plus :

DELBECQ, Denis
2003 Une chose de 12 tonnes s'échoue au Chili. Libération : 20 (04 juillet).

MACKAL, Roy P.
1986 Biochemical analyses of preserved Octopus giganteus tissue. Cryptozoology, 5 : 55-62.

PIERCE, Sydney K., Gerald N. SMITH, Timothy K. MAUGEL and Eugenie CLARK
1995 On the giant octopus (Octopus giganteus) and the Bermuda Blob : homage to A.E. Verrill. Biological Bulletin, 188 [n° 2] : 219-230 (April).

RAYNAL, Michel
1996 An open forum on the Biological Bulletin's article on the Octopus giganteus tissue analysis. Of Sea and Shore, 19 [n° 1] : 45-50 (Spring).

VERRILL, Addison E.
1897 The Florida sea-monster. The American Naturalist, 31 : 304-307 (April).

WOOD, F. G., and Joseph F. GENNARO Jr.
1971 An octopus trilogy. Natural History, 80 [n° 3] : 5-16, 18, 20-24, 84, 86-87 (March).

 

Sur CNN, un des nombreux sites relatant l'échouage :
http://edition.cnn.com/2003/WORLD/americas/07/02/chile.science.reut/index.html

Le Centro de Conservacion Cetacea, à propos de cet échouage :
http://www.ccc-chile.org/site/article.php?sid=250&mode=thread&order=0 
http://www.ccc-chile.org/site/article.php?sid=251&mode=thread&order=0 
http://www.ccc-chile.org/site/article.php?sid=252&mode=thread&order=0

 

 

écrivez-nous !

 

Retour à la page d'accueil