Institut Virtuel
de
Cryptozoologie
 

 

Actualité cryptozoologique (118)

  

Des poissons à pattes... oui, mais de Tanzanie (août 2004)

    Pendant des décennies, il était généralement entendu que l'aire de répartition du cœlacanthe (Latimeria chalumnae), le fameux "poisson à pattes" rescapé de la préhistoire, se limitait à deux îles de l'archipel des Comores, Anjouan et Grande Comore, bien que de nombreux témoignages semblaient montrer l'existence de populations ou même d'espèces encore inconnues, non seulement en Afrique orientale, mais aussi dans d'autres régions (Raynal and Mangiacopra 1995).

    Mais depuis quelques années, plusieurs spécimens de cœlacanthes ont été pêchés au large du Mozambique, de Madagascar, et même du Kenya, tandis qu'une population d'au moins une vingtaine d'individus a été filmée sur la côte sud-africaine elle-même — sans compter la découverte d'une nouvelle espèce (Latimeria menadoensis) en Indonésie. Cette fois, c'est de Tanzanie que nous viennent pas moins de 4 spécimens en l'espace de quelques mois : un en septembre 2003, un en mars 2004, et deux en août 2004.

    La question tant controversée il n'y a pas si longtemps, de l'existence de cœlacanthes ailleurs qu'aux Comores, est donc en train de changer radicalement, et l'on peut maintenant se demander où il n'y a aucune chance d'en trouver...

 

Pour en savoir plus :

HESS, Annelis
2004 Kein Zweifel, da lag ein Quastenflosser ! Habari, 19 [n° 2] : 2-4.

RAYNAL, Michel, and Gary S. MANGIACOPRA
1995 Out-of-place coelacanths. Fortean Studies, 2 : 153-165.

Communiqué de l'IUCN : www.iucn.org/info_and_news/press/prtangacoelacanth.pdf

 

 

écrivez-nous !

 

Retour à la page d'accueil