coelacanthe
Institut Virtuel
de
Cryptozoologie
okapi
 
 

Le dauphin du Yang-Tsé-Kiang
(Lipotes vexillifer Miller 1918)

(dernière mise à jour : 06 juin 2015)

 

Zoologie

Nom commun : dauphin du Yang-Tsé-Kiang
Nom scientifique : Lipotes vexillifer
Classe : mammifères
Ordre : cétacés
Famille : platanistidés
Taille : 2,5 m de long
Poids :
160 kg
Habitat : Yang-tse-kiang (Chine)
Régime alimentaire : poissons (piscivore)
Longévité : 20 à 30 ans

Description :
Le dauphin du Yang-Tsé-Kiang est un cétacé d'eau douce de couleur gris-bleu clair sur le dos, blanche sur le ventre, au museau très allongé et incurvé vers le haut, et possédant une nageoire dorsale triangulaire.

 

Historique de la découverte

En 1793, George Macartney, ambassadeur de Grande-Bretagne auprès de l'empereur de Chine, mentionnait déjà un marsouin dans le Yang-Tsé-Kiang (Staunton 1797).

En 1870, le zoologiste Swinhoe observa lui-même ce qu'il qualifie de marsouin blanc, mais où l'on reconnaît le Lipotes.

    Le 18 février 1916, un Américain résidant en Chine, Charles M. Hoy, chassait le canard depuis un petit bateau sur le lac Toung-Ting (Dongting), lorsqu'il aperçut un groupe de dauphins blancs en train de plonger. L'un d'eux refit surface à une soixantaine de mètres de distance, et le chasseur ouvrit le feu sur lui et le blessa gravement. L'animal put ainsi être récupéré avant qu'il ne coule, et être amené à terre (figure 1), où il fut pesé, accusant un poids de 297 livres (135 kg).


Figure 1 : Lipotes vexillifer (d'après Hoy 1923)

 

    Les riverains du lac vinrent aussitôt quémander un peu de sa chair ou de sa graisse, supposées présenter des vertus médicinales pour la toux. Les Chinois connaissaient en effet déjà ce cétacé, et ils attribuaient son origine à une princesse qui se serait jetée dans le lac. C'est pourquoi ils ne chassaient pas de manière intentionnelle, se contentant des échouages occasionnels ou de la capture accidentelle ; pour autant, ils ne se privaient pas dans ces occasions de manger sa chair, aussi bonne que du bœuf (Hoy put s'en assurer lui-même par la suite).

    En tant que chasseur, Hoy s'était toujours intéressé à l'histoire naturelle, et il eut la bonne idée de conserver le crâne, ainsi que quelques vertèbres cervicales. Revenu aux USA, il confia ces échantillons à la Smithsonian Institution, où le mammalogiste Gerrit S. Miller les étudia. Il décrivit ce nouveau dauphin sous le nom de Lipotes vexillifer en 1918.

    Il apparut ensuite que ce dauphin était déjà parfaitement connu depuis longtemps des Chinois, comme Hoy devait le dire à Miller :

"Les indigènes lui donnent le nom de Peh Ch'i, dont ils me disent qu'il signifie "drapeau blanc", car la nageoire dorsale, qu'ils comparent à un drapeau, est si proéminente vient à la surface pour respirer."

    Deux spécimens étaient même conservés au musée de Shanghai (un crâne complet d'un jeune et une mandibule d'un adulte), apparemment depuis très longtemps.

    Le pei-chi ou bai ji était en fait connu traditionnellement depuis des siècles, puisque la plus ancienne mention connue se trouve dans un dictionnaire, le Erh Ya, vieux de plus de 2000 ans, où son identification est évidente... deux millénaires plus tard (Pilleri 1979) :

"Le chih est une sorte de requin. Son corps est semblable à celui d'un esturgeon. Sa queue est comme celle d'un poisson. Il a un gros estomac. Son museau est petit et pointu [...].  Le nez est situé sur le front. Le chih peut émettre des bruits. [...] Il est vivipare. Il aime beaucoup manger de petits poissons. Il a légèrement plus d'un chang [3 m] de longueur. Il est commun dans les rivières."

    L'espèce fréquente une grande partie du cours du Yang-Tsé-Kiang, et occasionnellement dans les lacs Dongting et Poyang, tributaires du grand fleuve chinois. La construction de l'immense barrage des Trois Gorges risque d'entraîner la disparition de ce cétacé déjà très rare à la fin du vingtième siècle.

 

Bibliographie

HOY, Charles M.
1923 The "white flag" dolphin of the Tung Ting lake. China Journal, 1 : 154-157.

MILLER, Gerrit S.
1918 A new river-dolphin from China. Smithsonian Miscellaneous Collections, 68 [ nº 9] : 1-12 (March 30).

PILLERI, G.
1979 The Chinese river dolphin (Lipotes vexillifer) in poetry, literature and legend. Investigations on Cetacea, 10 : 336-349.

STAUNTON, George
1792 An authentic account of an embassy from the king of Great Britain to the emperor of China. London, printed for C. Nicoll, 2  424.

SWINHOE, Robert
1870 Catalogue of the mammals of China (south of the River Yangtsze) and of the island of Formosa. Proceedings of the Zoological Society of London : 652 (23 June).

TURVEY, Samuel
2008 Witness to extinction. How we failed to save the Yangtze river dolphin. Oxford, Oxford University Press.

 

écrivez-nous !

Retour à la page "découvertes zoologiques"

 Retour à la page d'accueil