coelacanthe
Institut Virtuel
de
Cryptozoologie
okapi
 
 

Le paon congolais
(Afropavo congensis Chapin 1936)

(dernière mise à jour : 10 juin 2013)

 

Zoologie

Nom commun : paon congolais
Nom scientifique : Afropavo congensis
Classe : oiseaux
Ordre : galliformes
Famille : phasianidés
Taille : 50 cm de long
Poids :
3 à 5 kg
Habitat : forêts humides du Congo
Régime alimentaire : insectivore

Description :
Le paon congolais est un oiseau de couleur bleu foncé, avec une nuance de gris métallique et de violet, et à la queue beaucoup plus courte (et privée d'ocelles) que les espèces asiatiques. La tête est surmontée par une crête de plumes blanches et de plumes sombres. La gorge est rougeâtre.
La femelle pond 2 à 4 oeufs, qu'elle couve durant près de 4 semaines.

 

Historique de la découverte

    Bien qu'il n'ait fait son entrée dans la zoologie qu'en 1936, le paon congolais a une longue histoire, qui est des plus instructives pour la cryptozoologie, dont c'est un des succès les plus brillants.

    Déjà à la fin du seizième siècle, l'Italien Filippo Pigafetta, qui accompagna le navigateur portugais Odoardo Lopez, notait dans sa Relatione del reame di Congo et delle circonvicine contrade (relation du royaume du Congo et des contrées voisines) (1591), l'usage ornemental que les indigènes faisaient des plumes d'autruches et d'un autre oiseau beaucoup plus incongru :

    "Les plumes sont employées pour des étendards, et des drapeaux de guerre, mélangées avec les plumes de paon en les formant à la ressemblance d'ombrelle contre le soleil, et comme nous en sommes juste à parler du paon, je dis qu'on élève dans ces parties de l'Angola les paons dans un bois entouré de murailles, et le Roi ne permet pas que d'autres que lui gardent ces oiseaux, à cause des étendards royaux que nous avons dits."

    Cette dernière anecdote fut reprise (et en fait, vraisemblablement recopiée) par Pierre d'Avity, dans sa Description générale de l'Afrique (1637). Décrivant les animaux connus des indigènes de la "basse Éthiopie" (à la limite du Congo et de l'Angola actuels), il écrivait en effet :

"Ils ont aussi grande quantité de paons, que le Roy tout seul entretient, & fait garder soigneusement dans une forest ceinte de murailles sur les confins du royaume d'Angola, avec défense à tous autres d'en nourrir."

    Un paon au Congo ? Voilà qui était très étrange, car jusqu'au vingtième siècle, on était persuadé qu'il n'existait aucune espèce de paon sur le continent noir. C'est pourquoi dans le premier tome de son livre sur les oiseaux du Congo belge (1932), l'ornithologue américain James Chapin se rangea à l'avis du marin anglais George Maxwell, qui en 1822, estimait qu'il s'agissait en fait du touraco géant (Corythaeola cristata).

    Mais entre-temps, le même James Chapin, au cours d'une expédition au Congo belge en 1913, remarqua un autochtone à Avakubi, dans la forêt de l'Ituri, portant un couvre-chef orné de plumes, dont une, aux rayures transversales caractéristiques (figure 1), lui était inconnue. Chapin reconnut immédiatement que cette plume appartenait à un oiseau de l'ordre des galliformes (gallinacés), mais d'une espèce nouvelle vivant probablement dans cette forêt de l'Ituri, qui avait déjà révélé l'okapi 12 ans plus tôt.


Figure 1 : plume non-identifiée (à gauche)
et du spécimen de Tervueren (à droite)
(d'après Chapin 1938)

    Revenu en Amérique, Chapin montra en vain cette plume à d'autres ornithologues, eux aussi incapables d'identifier son propriétaire. Chapin n'en fit même pas mention dans son livre de 1932, bien qu'il gardât toujours l'espoir de résoudre cette énigme.

    En fait, en 1914, alors que Chapin, encore en Afrique, venait juste de découvrir cette plume, le Musée du Congo belge à Tervueren (Belgique) recevait une collection d'oiseaux de la colonie belge. Deux d'entre eux (figure 2) furent naturalisés et étiquetés comme des paons ("Pavo cristatus, jeune, importé"), sans que personne ne s'avise de l'incongruité de cette identification.


Figure 2 : les deux spécimens naturalisés
© photo Ph. Molitor, Musée Royal d'Afrique Centrale (MRAC), Tervuren

    Ce n'est qu'en août 1936 que Chapin fit un séjour en Belgique, et il en profita pour étudier les collections ornithologiques du musée de Tervueren. Un jour, passant par hasard dans le local devant l'armoire où étaient exposés les deux oiseaux, il remarqua les deux prétendus Pavo cristatus, alors que Chapin savait qu'il n'y a pas de paon au Congo, ni d'ailleurs en Afrique. Or, les plumes étaient les mêmes.

    James Chapin recueillit ensuite le témoignage d'un colonial belge :

    "Quelques jours plus tard, je parlais avec M. de Mathelin de Papigny, que j'avais vu pour la dernière fois à au Congo en 1911. Sans que j'aie mentionné les spécimens de Tervueren, il me parla d'un étrange oiseau qu'il avait mangé en 1930, qui avait été tué par un indigène à Angumu, une mine d'or dans la forêt de l'est du Congo à 80 kilomètres au sud de Makala.
    "Il était "grisâtre", dit-il, sur la tête et le corps, avec un plumage "gris-bleu métallique de paon" sur le bas du cou, et une fine crête verticale se dressant sur le crâne. [...] Il exécuta un dessin de la tête qui montra qu'il voulait parler du même oiseau que celui que j'avais vu à Tervueren."

    Chapin décrivit scientifiquement le paon congolais, ainsi qu'on l'appela, sous le nom d'Afropavo congensis, dans la Revue de Zoologie et de Botanique Africaines, en novembre 1936.

    L'année suivante, Chapin effectua une expédition au Congo belge, qui lui permit de capturer des spécimens vivants de ce paon dans son habitat.

 

Bibliographie

Anonyme
2012 Rare bird. Rotunda, 37 [n° 1] (Winter).

AVITY, Pierre d'
1637 Description générale de l'Afrique. Paris, Claude Sonnius : 442.

CHAPIN, James P.
1936 A new peacock-like bird from the Belgian Congo. Revue de Zoologie et de Botanique Africaines, 29 [ nº 1] : 2 (20 novembre).
1937 Exhibition of the type-specimen and remarks on the discovery of Afropavo congensis. Bulletin of the British Ornithologists' Club, 57 [n° 401] : 84-86 (January 29).
1937 In pursuit of the Congo peacock. Natural History, 40 [n° 5] : 725-732, 777-778 (December).
1938 The Congo peacock. Neuvième Congrès International d'Ornithologie (Rouen) : 101-110.
1948 How the Congo peacock was discovered. Animal Kingdom, 51
[ nº 6] : 67-73 (May-June).
1954 The birds of the Belgian Congo, part IV. New York, Bulletin of the American Museum of Natural History, 75B : 626-628.

DUPOND, Ch.
1937 Comment furent découverts Prionops alberti Schouteden et Afropavo congensis Chapin. Le Gerfaut, 27 : 198-201.

HEUVELMANS, Bernard
1996 The mystery of the zebra-striped feather. Animals and Men, n° 9 : 25-29.

MAXWELL, George
1822 Observations on the countries of Congo and Loango, as in 1790. The Edinburgh Philosophical Journal, 6 : 62-69.

PIGAFETTA, Filippo
1591 Relatione del reame di Congo et delle circonvicine contrade. Roma, Bartolomeo Grassi : 33.

VRYDAGH, J. M.
1949 L'histoire extraordinaire de la découverte du paon congolais. Les Naturalistes Belges, 30 : 113-116.

 

 

écrivez-nous !

Retour à la page "découvertes zoologiques"

 Retour à la page d'accueil