Institut Virtuel
de
Cryptozoologie
 
Actualité cryptozoologique (192)

 

 

Le dossier du Serpent-de-Mer pollué par des débris flottants (octobre 2019)

    Le cas du Serpent-de-Mer a enflammé l'imagination de générations de marins et de cryptozoologues. Robert L. France, de l'Université Dalhousie (Truro, Canada), propose une nouvelle approche sur certaines observations du 19ème siècle, notamment dans son livre Disentangled (figure 1) et dans un article que vient de publier la revue Ethnobiology and Conservation (12 octobre 2019).


Figure 1 : le livre de Robert France : Disentangled

    L'auteur estime que nombre de cas regroupés par Bernard Heuvelmans dans la catégorie des Serpents-de-Mer "multi-bosses" sont en fait des baleines ou des requins pèlerins emmêlés dans des débris de pêche flottants (cordages, flotteurs, etc.), une pollution qui préfigurait celle, actuelle, aux matières plastiques.

    Bernard Heuvelmans lui-même tenait le Serpent-de-Mer de Biccard (1857) pour un cétacé pris dans des câbles (figure 2).


Figure 2 : le Serpent-de-Mer de Biccard en 1857

 

    Hélas, celui que l'on surnomma le "père de la cryptozoologie" n'a pas eu la même lucidité dans le cas des observations de Serpent-de-Mer du début du dix-neuvième siècle au large de Gloucester (Massachusetts), dont il a fait le type de son "multi-bosses", qu'il a témérairement nommé Plurigibbosus novae-angliae :  Robert France souligne en effet les détails maintes fois rapportés, qui pointent vers des animaux marins connus, prisonniers de débris :

  • "son aspect dans cette situation ressemblait à une chaîne de bouées, j'ai peut-être vu trente ou quarante de ces protubérances qui avaient la taille d'un tonneau"

  • "ressemblait aux bouées d'une seine"

  • "avec une bonne lunette [j'ai vu ce qui] ressemblait à des fûts attachés ensemble"

  • "son corps lorsqu'il est hors de l'eau ressemble aux bouées d'un filet, ou à une rangée de fûts, ou à une rangée de grands tonneaux"

  • "[le corps] apparaît dans les joints comme des bouées de bois sur une corde de filet presque aussi grosses qu'un tonneau"

  • etc.

    L'ouvrage de 289 pages, très documenté (plus de 350 références bibliographiques), bien illustré, est très convaincant dans sa démonstration générale.

 

Pour en savoir plus :

FRANCE, Robert L.
2019 Disentangled: Ethnozoology and environmental explanation of the Gloucester Sea Serpent. Wageningue, Wageningen Academic Publishers.
2019 Ethnobiology and Shifting Baselines : An Example Reinterpreting the British Isles’ Most Detailed Account of a Sea Serpent Sighting as Early Evidence for PrePlastic Entanglement of Basking Sharks. Ethnobiology and Conservation, 8 [n° 12] (12 October).

télécharger une présentation du livre par l'éditeur.

 

 

écrivez-nous !

 

 Retour à la page d'accueil

Retour à la page "Actualité cryptozoologique"